ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent

Améliorer la qualité de l’air chez vous : nos 5 astuces

25/09/2020 | Trucs et astuces

80% : c’est le temps moyen que nous passons dans des espaces clos, où l’air est parfois 5 à 10 fois plus pollué qu’à l’extérieur. Et alors que la qualité de l’air est primordiale – elle impacte notre santé et notre confort -, ce constat peut sembler inquiétant.

Pourtant, une multitude de gestes simples permet d’améliorer la qualité de l’air chez soi. Découvrons ensemble ces gestes et conseils !

 

Aérer, renouveler l’air : un geste quotidien simple pour optimiser la qualité de l’air

Une personne ouvre la fenêtre pour faire aérer et améliorer la qualité de l'air intérieurEssentiel pour éliminer les polluants de votre intérieur – mais aussi les odeurs -, le renouvellement de l’air permet de maintenir une bonne qualité de l’air dans votre intérieurAinsi, il est recommandé d’aérer tous les jours, pendant 10 minutes, au moins 2 fois par jour.

Commencez par la chambre, le matin : aérer cette pièce contribuera à éliminer le dioxyde de carbone et les émanations de la nuit. Renouvelez l’opération le soir afin d’évacuer celles accumulées au cours de la journée. Et s’il ne fait pas trop froid, vous pouvez aussi laisser la fenêtre de votre chambre entrebâillée la nuit afin d’évacuer la vapeur d’eau produite par les personnes endormies !

Les autres pièces, particulièrement les pièces humides comme la salle de bain ou la buanderie doivent, elles, être aérées après chaque utilisation.

Il en va de même pour la cuisine : la cuisson des aliments pouvant provoquer l’émission de composés organiques volatiles (COV), vapeurs et fumées, veillez à aérer très régulièrement cette pièce et à utiliser la hotte située au-dessus des plaques de cuisson.

Astuce : Pour éviter au maximum que votre cuisine devienne une source de pollution de votre air intérieur, vous pouvez exclure certains modes de cuisson comme la friture.

De manière générale, essayez d’ouvrir les fenêtres des pièces de séjour quelques minutes avant de les occuper, et prenez l’habitude d’aérer lorsque vous pratiquez certaines activités : passage de l’aspirateur, bricolage, douche… Aérez encore plus intensivement lors de travaux importants.

 

Humidité et moisissures, les ennemis d’une bonne qualité de l’air chez soi

Traces de moisissures apparentes au plafond à cause d'une mauvaise qualité de l'air intérieurParfois considérée comme un fléau, l’humidité est à éviter absolument dans votre logement. Un taux d’humidité élevé aura en effet tendance à favoriser le développement de moisissures, pouvant nuire à la qualité de l’air intérieur. Outre les dégâts matériels entraînés par les moisissures, ces dernières peuvent créer des problèmes de santé : allergies aux acariens, affections respiratoires (asthmes), rhumatismes…

Pour vous protéger de l’humidité et des moisissures, le réseau CTH recommande de contrôler le taux d’humidité de votre habitation.

Par ailleurs, évitez de surchauffer et tentez de garder une température située entre 16 et 21°C. Vérifiez également que le logement bénéficie d’une bonne aération.

Astuce : Si vous le pouvez, évitez de faire sécher votre linge à l’intérieur.

 

L’importance d’une ventilation dans son logement pour une qualité d’air convenable

Plan d'une maison en coupe pour démontrer le fonctionnement de la ventilation positive hygroréglableObligation légale pour tous les logements postérieurs à 1982, la ventilation doit répondre à plusieurs exigences : l’aération doit être générale et permanente, tandis que la circulation de l’air doit se faire depuis des entrées d’air situées dans les pièces principales, jusqu’à des sorties dans les pièces de service.

Une Ventilation Positive Hygroréglable (VPH) participe à limiter l’humidité, et donc la formation de moisissures dans les logements. S’il n’est pas obligatoire dans tous les types d’habitation, il est fortement recommandé d’avoir une VPH chez soi, comme celles de notre fournisseur Eoletec

 

Astuce : Vous prévoyez des rénovations dans votre logement ? Vous vous apprêtez à acquérir un bien immobilier ? La présence d’une ventilation est indispensable. Essayez de comprendre comment la ventilation du logement fonctionne, où sont les entrées et sorties d’air, quels appareils ont été installés et à quel(s) endroit(s).

Vérifiez fréquemment que les bouches d’extraction ne sont pas obstruées, et nettoyez régulièrement les différents équipements de ventilation : les grilles, par exemple, peuvent être facilement démontées et nettoyées, ou bien un filtre trop encrassé pourra être simplement changé.

 

Choisir les bons matériaux pour ne pas nuire à la qualité de l’air de votre logement

Vous construisez votre logement ou envisagez d’y effectuer des travaux ? Mal choisis, les matériaux de construction, d’isolation, de finition et même de décoration peuvent provoquer des émanations et affecter la qualité de l’air et la santéPour diminuer l’exposition à ces polluants, sélectionnez autant que possible des produits respectueux de l’environnement, qui seront plus sains pour habitation et votre santé. 

Étiquette émissions dans l'air intérieurInformez-vous et fiez-vous à l’étiquette “Emissions dans l’air intérieur” qui signale de façon simple le niveau d’émission en COV des produits de construction, de revêtement de murs, sols ou plafonds, ainsi que des produits isolants sous-couches, vernis, colles, adhésifs, etc. Le niveau d’émission est indiqué selon une échelle : A+ pour des émissions très faibles à C pour des émissions assez fortes.

Dans le cas d’un logement construit récemment, vous pouvez vous reporter à la démarche HQE pour Haute Qualité Environnementale, ainsi qu’aux performances énergétiques du bien immobilier.

Au niveau européen, vous retrouverez également l’Ecolabel Européen qui signale les produits limitant leurs impacts sur l’environnement, et que vous pouvez donc privilégier. Les catégories de produits portant ce label sont vastes : peintures, textiles, cosmétiques, papier toilette, produits d’entretiens, matelas, etc.

Astuce : De manière générale, les étiquettes apportent bon nombre d’informations utiles. Méfiez-vous des symboles de “danger pour la santé”, “inflammable” ou encore “danger de toxicité aiguë ».

 

Méfiez-vous des faux amis

Ils font partie de votre quotidien mais peuvent être de faux amis pour la qualité de l’air intérieur, voire représenter des risques réels :

  • Les produits d’entretien :

Parfois truffés de substances chimiques, ils peuvent être dangereux et polluer l’air de votre maison ou appartement. Privilégiez, si vous le pouvez, l’achat de produits d’entretien écologiques. Là encore, vous pouvez vous référer aux marques comportant l’Ecolabel Européen.

Astuce : En France, la croyance selon laquelle un logement est propre lorsqu’il ne contient plus aucun microbe est très répandue. De nombreux ménages utilisent ainsi de l’eau de Javel, qui peut pourtant s’avérer dangereuse et à la source d’infections respiratoires notamment pour les enfants.

 

  • Les produits odorants ou parfumés :

Bien qu’agréables, les parfums d’ambiance, colles, désodorisants, produits ménagers à base d’huiles essentielles peuvent dégager des COV. Attention, les produits en spray sont aussi à limiter. On inclura dans cette catégorie les bougies parfumées et même l’encens, car la combustion dégage du monoxyde de carbone très toxique. En cas d’utilisation ponctuelle, pensez à aérer ensuite.

 

Vous êtes désormais plus familier des gestes à adopter pour améliorer la qualité de l’air chez vous.

Si vous souhaitez effectuer un diagnostic de qualité de l’air de votre intérieur, faites confiance au réseau CTH : contactez-nous sans attendre, un diagnostic peut être effectué sous 48h !

 

 

Votre diagnostic gratuit

Demandez un diagnostic gratuit de votre bâti par nos techniciens.
Nous nous engageons à vous répondre sous 24 heures et à vous rendre visite sous 48h.